Aller à la navigation  |  Aller au contenu  |  FR  |  ES

Líneas
Revue interdisciplinaire d'études hispaniques

| 2014 Partie 2 - Etudes analytiques

Marion Le Corre-Carrasco

Questions d’histoire, d’y voir et de pouvoir

Article
Article

La réflexion s’oriente dans une perspective proche de l’utilité, mais teintée d’une résonance politique, un chemin de traverse emprunté pour sonder les paradigmes du masculin et du féminin dans les créations en tant qu’« espaces de contestation », plus ou moins conscients d’ailleurs, révélateurs d’engagements qui cristallisent « les réalités politiques et sociétales ». Quelques œuvres de l’artiste d’origine mexicaine Frida Kahlo (1907-1954) permettent une lecture plurielle, éclairée par le triptyque annonciateur de notre titre. Tout d’abord, quels rapports entretiennent les peintures de Frida Kahlo avec l’Histoire du Mexique ainsi qu’avec sa propre histoire personnelle ; puis quelle vision, singulière et féminine, offrent-elles des « réalités politiques et sociétales » dans lesquelles l’artiste se meut ; enfin, comment l’art de Frida Kahlo s’affirme-t-il en tant que pouvoir de revendication à la fois collectif, individuel et féministe ? La présence, physique et artistique, de Diego Rivera (1886-1957) a marqué l’art de cette artiste. Pour autant, la citation du paradigme féminin dans l’œuvre de Frida Kahlo s’affranchit d’une binarité sexuée archétypale ; celui-ci surgit au contraire dans une symbiose paradoxalement chaotique dans laquelle les paradigmes Masculin/Féminin déconstruisent et fondent tour à tour l’originale cosmogonie de Frida Kahlo. Ainsi, sous son regard scrutateur s’enchaînent « bouleversements, mutations [et] avancées » artistiques.

La investigación se orienta hacia una perspectiva que tiene que ver con la utilidad, pero matizada por una resonancia política, una trocha por la que vamos andando para sondear los paradigmas de lo masculino y de lo femenino en las creaciones en tanto que «espacios de protesta», más o menos conscientes por cierto, reveladores de compromiso que cuajan «las realidades políticas y societales». En este sentido, unas obras de la artista de origen mexicano Frida Kahlo (1907-1954) permiten una lectura plural, guiada por el tríptico anunciador de nuestro título. Antes que nada, ¿qué relaciones unen las pinturas de Frida Kahlo tanto con la Historia de México como con su propia historia personal? Luego, ¿qué visión, singular y femenina, ofrecen de las “realidades políticas y societales» entre las cuales evoluciona la artista? Y por fin, ¿cómo se afirma el arte de Frida Kahlo en tanto que poder de protesta colectivo a la par que individual y feminista? La presencia física y artística de Diego Rivera (1886-1957) impactó el arte de aquella artista. Con todo, la cita del paradigma femenino en la obra de Frida Kahlo se libra de una binaridad sexuada arquetípica; al contrario ésta surge en medio de una simbiosis paradójicamente caótica en la cual los paradigmas Masculino/Femenino a veces deshacen y otras veces fundan la original cosmogonía de Frida Kahlo. Así es como, mediante su escudriñadora mirada, se enlazan «trastornos, mutaciones [y] avances» artísticos.

Texte intégral

  • 1 Roman d’Honoré de Balzac publié pour la première fois ...

1Les paradigmes Masculin/Féminin sont-ils encore utiles aujourd’hui ? À l’image de Balthazar Claës dans La recherche de l’absolu1, nous poursuivons là sans relâche notre quête conceptuelle et passionnelle, testant de nouvelles approches, mettant à l’épreuve des supports pluriels, éprouvant d’insondables contradictions, expérimentant enfin d’audacieuses hypothèses. L’interrogation posée ici d’une utilité des paradigmes du masculin et du féminin semble avancer sur le devant de la scène artistique une problématique incongrue : la création n’échappe-t-elle pas, par essence, à cet impératif pragmatique ? Et pourtant, c’est de ce décalage notionnel lui-même que peut surgir une nouvelle lecture de ce double paradigme diffracté.

  • 2 Pour reprendre les termes de l’appel à contribution.

2Nos réflexions s’orientent aujourd’hui dans une perspective toujours proche de l’utilité, mais teintée d’une résonance politique, un chemin de traverse en somme que nous empruntons pour sonder les paradigmes du masculin et du féminin dans les créations en tant qu’« espaces de contestation », plus ou moins conscients d’ailleurs, révélateurs d’engagement qui cristallisent « les réalités politiques et sociétales »2.

3Pour joindre ma contribution à cette nouvelle matière, je suis restée fidèle à mon champ d’étude de prédilection : la peinture, mais, pour la première fois, c’est l’œuvre d’une femme que je voudrais parcourir. Je tenterai de ne pas répéter des commentaires communs, servis abondamment sur Frida Kahlo, l’intérêt étant de débusquer plutôt ce qui n’est pas vu, ce qui n’est pas dit, et d’interroger la ductilité de l’expression artistique plutôt que de s’arrêter aux formes figées.

4Mes analyses suivront logiquement le triptyque énoncé dans le titre. J’envisagerai quelques tableaux de Frida Kahlo dans leurs rapports avec l’histoire avec et sans majuscule (« question d’histoire »); puis en tant que vision singulière et en tant que vision féminine (« question d’y voir ») ; et finalement en tant que pouvoir, l’art de Frida Kahlo – pour reprendre les termes employés par Nadia Mékouar-Hertzberg au moment de définir cette orientation politique –, étant un « espace de contestation ». Contestation collective, contestation personnelle, mais aussi contestation féminine.

5La première approche proposée est donc celle de l’histoire. Comment et pourquoi, tout en portant, détournant, révolutionnant, déniant les paradigmes du masculin et du féminin, l’art de Frida Kahlo nous renvoie-t-il aux réalités politiques et sociétales de son quotidien et du nôtre ? Toute l’œuvre de cette artiste est fondamentalement liée, tout d’abord, à l’histoire du Mexique où elle est née en 1907. Frida Kahlo elle-même scelle son existence avec les bouleversements politiques de son pays puisqu’elle falsifie sa date de naissance pour la faire correspondre avec celle du début de la révolution mexicaine en 1910. Comme si son propre avènement était inhérent à cet événement, ou vice-versa.

  • 3 Andrea Kettenmann, Frida Kahlo 1907-1954, souffrance e...

6L’Histoire, avec une majuscule, a influencé son art, car après la période coloniale et la dictature du général Porfirio Díaz, le Mexique aspire à de profonds changements. Lorsqu’en 1920 Álvaro Obregón arrive au pouvoir, un certain renouveau culturel voit le jour. Un ministère des affaires culturelles est créé, sous la direction de José Vasconcelos et ces années marquent une véritable révolution sociétale : l’héritage et l’identité du Mexique indien ressurgissent avec force et sont intégrés, plus ou moins naturellement, à la culture nationale. D’un point de vue artistique, ce revirement signifie l’abandon progressif des canons étrangers, principalement européens, et la célébration des origines populaires séculaires. Une œuvre de jeunesse, l’Autoportrait à la robe rouge de 1926, souligne notamment cette influence occidentale que Frida Kahlo abandonnera peu à peu. « Le portrait [est] plein de dignité et de noblesse [et il] reflète l’intérêt que Frida Kahlo portait à la peinture de la Renaissance italienne. Le cou maniériste démesurément long rappelle les représentations du Parmesan »3. Comme certains artistes de son époque, tels Miguel Covarrubias ou Roberto Montenegro, Frida Kahlo tournera donc le dos à ces canons pour puiser plutôt son inspiration dans sa culture nationale, voire patrimoniale.

  • 4 Raquel Tibol, Frida Kahlo, una vida abierta, México D....

  • 5 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 85.

7Au-delà de l’influence de l’Histoire politique sur son évolution stylistique, il faut également remarquer que son engagement politique a été réel, militant et utile. Réel, dès sa jeunesse puisqu’elle adhère au groupe des « cachuchas » actif au sein de l’école supérieure où elle suit ses études, la Escuela Nacional Preparatoria. Les « cachuchas » sont des partisans socio-nationalistes qui soutiennent les réformes et la politique éducative de José Vasconcelos, ministre des Affaires culturelles. L’engagement de Frida Kahlo est également militant, marqué symboliquement par son adhésion au parti communiste mexicain en 1928. Enfin, elle désire elle-même que cet engagement soit « utile ». En effet, Frida Kahlo écrit à la fin de sa vie dans son journal, alors que sa santé est déjà très altérée : « je veux transformer [ma peinture] en quelque chose d’utile, car jusqu’ici, j’ai uniquement créé avec une expression sincère de moi-même qui est malheureusement très loin de servir le parti. Je dois lutter de toutes mes forces pour que le peu de positif que me permet mon état physique serve aussi la révolution, la seule vraie raison de vivre »4. Cette citation est éclairante à plus d’un titre. D’abord elle insiste sur la notion de mutation, avec « je veux transformer [ma peinture] », ensuite elle revendique l’idée d’un art utile, ici instrument de la propagande politique, radicalement posé comme « seule raison de vivre » de l’artiste. Toutefois, les œuvres politiques de Frida Kahlo ne sont pas les plus abouties esthétiquement, comme le montre par exemple Le marxisme guérira les malades de 1954. Frida Kahlo évoque ici « l’idée utopique que la conviction politique pourrait la délivrer – et avec elle l’humanité entière – de ses souffrances [physiques]. Soutenue par son idéologie, elle peut renoncer à ses béquilles »5. Le visage et le buste de Frida Kahlo sont protégés par une forme circulaire qui se dessine tout autour d’eux. En bas, les mains bienveillantes et miraculeuses du parti, rehaussées du troisième œil, affranchissent l’artiste de son handicap. En haut, la colombe blanche, figure métonymique de Frida dont le prénom en allemand signifie « la paix », abrite à la fois la jeune femme et le monde. Mais le réseau symbolique, habituel chez Frida Kahlo, est moins nourri que dans d’autres œuvres et la touche est plus épaisse, voire empâtée par endroits. Son état physique altère sa maîtrise de l’art, comme dans Autoportrait avec Staline de 1954 composé dans le même esprit qu’Autoportrait avec le Dr Juan Farill, 1951. Ses deux sauveurs, l’idéologue et le médecin, sont mis en abyme, représentés eux-mêmes sur une toile dans la peinture, comme un piédestal leur rendant hommage. Cette composition, sous la forme d’un ex-voto populaire, est fréquente dans l’art de Frida Kahlo. Mais ici les nombreux tranquillisants qu’elle consomme en 1954 rendent difficile l’exécution de ses projets propagandistes.

  • 6 Antonio Rodríguez, « Frida Kahlo heroína del dolor », ...

8L’histoire personnelle de l’artiste a également eu des incidences majeures sur son art. Je ne retiendrai ici que deux événements. Tout d’abord, un accident de la circulation est à l’origine de toutes ses souffrances, mais il est aussi le principal déclencheur de son art. À 18 ans, Frida Kahlo frôle la mort : sa jambe droite, son bassin, certaines de ses côtes et sa colonne vertébrale sont fracturés. Toute sa vie, elle endurera de pénibles affres suite à ce drame et devra longtemps rester alitée. C’est cette station allongée et cette immobilité qui seront la genèse de son art. Elle confie à un critique d’art, en 1952 : « comme […] je devais passer beaucoup de temps au lit, […] je réclamai à mon père [sa boîte de couleurs]. […] Ma mère me fit faire un chevalet par un menuisier, si l’on peut appeler ainsi l’appareil spécial que l’on pouvait fixer à mon lit […]. Je commençais donc à peindre »6.

  • 7 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 24.

  • 8 Ibid.

  • 9 Op. cit., p. 25.

9La seconde circonstance qui bouleverse sa vie et son art est sa rencontre avec le peintre muraliste Diego Rivera, de 21 ans son aîné. En 1922, elle vient le voir à l’œuvre, et l’admirer, alors qu’il peint l’amphithéâtre Simón Bolivar à l’Escuela Nacional Preparatoria. Elle le consulte sur ses propres productions et ils fréquentent ensuite ensemble les mêmes milieux artistiques et politiques qui prônent un art mexicain authentique. Dans ce cercle intellectuel, Frida Kahlo est particulièrement influencée par un essai d’Adolfo Best Maugard, écrit en 1923. Il s’agit d’un « manuel de dessin relatif à la tradition, la revivification et le développement de l’art populaire mexicain. [Une] introduction théorique [porte sur] la fonction sociale de l’art et l’importance de l’art populaire. […] »7. Son Autoportrait, 1923, illustre son propos : il emploie « la manière de peindre stylisée sans perspective pour renvoyer aux sources indiennes de l’art populaire du Mexique »8, et, sans rejeter totalement l’inspiration coloniale, il représente un « rideau retenu avec des cordelettes, un élément des portraits du siècle précédent […] Il crée de la même manière le fond vallonné, le château avec drapeau mexicain sur le toit, le soleil et l’avion »9. Je détaille ces éléments, car ils se retrouvent clairement dans l’Autoportrait « Le temps vole », de 1929 : l’avion, les rideaux et les éléments typiques de la culture mexicaine, ici, les bijoux de l’artiste. L’année d’exécution de ce tableau est aussi celle du mariage de Diego et Frida.

10Sa liaison avec Diego a été plus que tumultueuse, en raison principalement des infidélités de celui-ci. Le tableau Unos cuantos piquetitos offre un bel exemple de l’intersection des paradigmes du masculin et du féminin. Une première lecture sociétale de cette œuvre soulignerait qu’il s’agit là de la transcription personnelle d’un fait divers survenu au Mexique en 1935 et dont Frida Kahlo avait eu connaissance. On peut y lire la dénonciation sociologique d’une violence machiste disproportionnée et outrageante : un mari jaloux poignarde et tue sa femme, puis s’en défend mollement au tribunal en prétendant qu’il ne s’agissait que de « quelques petits coups », termes odieux repris comme dans un phylactère dans le tableau. Le masculin et le féminin sont ici cruellement opposés : l’homme, habillé, tête couverte, garde un poing serré et un rictus indéfinissable. La victime, nue, couverte de sang, a la bouche et une main ouvertes, d’où le sang s’échappe à flots. Son ventre surtout a été symboliquement lacéré. Mais au-delà, ou en deçà, de cette lecture sociétale les paradigmes du masculin et du féminin nous renvoient à la souffrance émotionnelle de Frida Kahlo. En 1935, elle a quitté Diego parce qu’il avait commencé une liaison avec sa sœur Cristina Kahlo qui posait alors pour lui. Cette figure masculine, goguenarde et érigée, inflige une blessure profonde et mortelle à la forme féminine inerte, mise à nu, anéantie. Techniquement, le cadre du tableau signifie que l’anecdote dépasse le motif et que la scène invoque un au-delà du représenté, car les taches de sang débordent de la scène et contaminent sa bordure. Comme si la peinture rouge sortait de son support pour s’inviter dans l’espace du peintre et du spectateur.

11Telles sont, sommairement, les principales questions d’(H)(h)istoire que je voulais évoquer pour commencer. Ces coordonnées à la fois historiques et personnelles ont façonné chez Frida Kahlo une vision tout à fait singulière.

  • 10 Bertram D. Wolfe, « Rise of another Rivera », Vogue, ...

  • 11 Frida Kahlo, Le journal de Frida Kahlo, préfacé par C...

  • 12 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 51.

12Là aussi, il y aurait beaucoup à dire sur cette « question d’y voir ». Je commencerai par ce que sa vision n’est pas. Bertram Wolfe, biographe de Diego Rivera, écrit en 1938 : « Bien qu’André Breton […] lui ait dit qu’elle était une surréaliste, elle n’est pas parvenue à son style en suivant la méthode de cette école […] Sans les symboles freudiens et la philosophie dont sont possédés les peintres surréalistes officiels, son style est une sorte de surréalisme naïf qu’elle a inventé elle-même. […] Alors que le surréalisme officiel s’occupe surtout de rêves, de cauchemars et de symboles névropathes, l’esprit et l’humour dominent dans la variante de madame Rivera »10. Frida Kahlo elle-même écrit dans son journal : « On me prenait pour une surréaliste. Ce n’est pas juste. Je n’ai jamais peint de rêves. Ce que j’ai représenté était ma réalité »11. Dans un autre registre, en 1939, déçue par son séjour à Paris, où l’organisation d’une exposition de ses œuvres promise par André Breton tombe à l’eau, elle écrit à son amant de l’époque Nickolas Muray à propos des surréalistes : « Tu ne peux pas imaginer combien ces gens sont des fils de pute. Ils me font vomir. Ils sont si foutûment “intellectuels” et dépravés que je ne peux vraiment pas les supporter plus longtemps »12.

  • 13 Hayden Herrera, Frida. A biography of Frida Kahlo, Ne...

  • 14 Andrea Kettenmann, op. cit. p. 19.

  • 15 Ibid.

13C’est sa cosmogonie picturale si particulière qui tend à faire prendre son art pour du surréalisme, mais sans doute est-ce là une déformation propre aux Européens, car Frida Kahlo n’intègre ni plus ni moins que les motifs chers à sa culture mexicaine et à son héritage précolombien. Ses représentations fantastiques ne sont pratiquement jamais déconnectées du monde sensible : réel et imaginaire cohabitent et se fondent dans sa vision personnelle, comme dans la tradition mexicaine. Souvent, son art n’est pas dénué d’une certaine mise en scène artificielle, mais il s’inspire fondamentalement des « affaires de la cité ». Frida Kahlo a elle-même théorisé sa démarche. En effet, à partir de 1943, elle dirige un cours de peinture à l’académie des beaux-arts. Ses élèves ont témoigné ainsi : « Ce qu’elle nous apprit avant tout, c’est l’amour des hommes, du peuple et le plaisir de l’art populaire. “Muchachos”, avait-elle l’habitude de dire, “enfermés ici, dans l’école, nous ne pouvons rien faire. Allons dans la rue. Peignons la vie dans les rues” »13. C’était déjà le cas en 1929 par exemple dans L’Autobus où elle aligne « des archétypes de la société mexicaine »14 : « ménagère, ouvrier, femme indienne donnant le sein, petit garçon, bourgeois »15 et une jeune femme dans l’air du temps.

  • 16 Antonio Rodríguez, « Una pintora extraordinaria », As...

  • 17 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 19.

14Pourtant les scènes de rues ne sont pas légion dans l’œuvre de Frida Kahlo. Et s’il ne fallait retenir qu’un genre pour caractériser en somme sa vision, ce serait celui de l’autoportrait bien sûr. En 1945, elle explique à un critique d’art : « Je me peins parce que je passe beaucoup de temps seule et parce que je suis le motif que je connais le mieux »16. Mais la reproduction sérielle des autoportraits suggère aussi un au-delà de l’autoportrait : elle est, le plus souvent, la seule protagoniste de ses œuvres. Autrement dit, autour de son image ce qui est présent c’est l’absence. Pour peindre son intériorité, Frida Kahlo n’a besoin que d’elle-même : sa solitude face au chevalet ou face au spectateur est constitutive de sa démarche et la circonstance de son alitement la pousse à cette auto-analyse répétée17.

15L’évolution des formats de ses autoportraits est notable. Avant le début des années 1930, elle peint surtout des autoportraits au cadrage resserré, de son visage et de son buste, avec autour d’elle quelques éléments symboliques comme dans l’Autoportrait « Le temps vole » de 1929 déjà évoqué, ou simplement décoratifs comme avec l’Autoportrait au collier, 1933, qui a pour seuls ornements son bijou précolombien et la broderie de son col immaculé.

16À partir de 1930 environ, le format de ses tableaux change, il s’allonge en hauteur quand elle se représente debout, en largeur quand elle se met en scène et qu’elle est alitée. Son corps tout entier est un élément parmi d’autres dans des compositions aux décors fouillés, à la mise en scène structurée, essaimée de symboles. C’est le cas par exemple dans Ma nourrice et moi, 1937. Dans un entretien, Frida Kahlo se souvient :

  • 18 Cité par Andrea Kettenmann, op. cit., p. 8.

Ma mère ne put pas m’allaiter, car ma sœur vint au monde onze mois après moi. Une nourrice à qui on lavait la poitrine avant de me mettre au sein me nourrissait. Sur l’une de mes toiles, je me représente avec le visage d’une femme adulte et le corps d’une petite fille, dans les bras de ma nourrice, du lait tombant des bouts de sein comme du ciel.18

  • 19 Les lobules mammaires ont, en réalité, exactement cet...

17L’inconnue qui l’allaite est anonymée par un masque qui rappelle ceux en pierre retrouvés sur le site de Teotihuacán. De ce fait, aucun contact visuel n’est établi entre la nourrice et l’enfant dont la relation reste froide et distante. L’impression de froid est renforcée par les tonalités grises, bleues et vertes qui encadrent la scène. Tout se passe comme si, finalement, c’était la nature elle-même qui nourrissait Frida Kahlo : le sein nourricier est orné de motifs d’apparence végétale19, telles de petites grappes, et la pluie semble du lait tombé du ciel. Là encore, en dépit de la massive silhouette humaine, Frida Kahlo est seule, avec la nature.

18Enfin, dans les années 40, elle resserre de nouveau son cadrage dans certains de ses autoportraits, de conception plus intimiste comme Autoportrait en Tehuana, 1943. Elle porte là un costume traditionnel, dit de Tehuana, caractérisé par ses broderies blanches et provenant d’une région du sud-ouest du Mexique où les traditions matriarcales subsistent. Un autre titre de ce tableau est Diego dans mes pensées, ce qui apparaît clairement dans cette composition introspective.

  • 20 Au sens où l’entend Nathalie Heinich, « La signature ...

19Pourtant, ce qui frappe dans cette série d’autoportraits, c’est la fixité des traits de Frida Kahlo qui ne laisse transparaître aucune émotion, quels que soient les objets ou les symboles qui l’entourent. Même dans le paroxysme de souffrance qui éclate dans La colonne brisée, 1944, les larmes coulent sur ses joues, mais son visage demeure imperturbable. Peut-être est-ce là le motif itératif de son regard scrutateur sur le monde ? Faut-il l’interpréter comme une signature, comme un indicateur d’artification20 ? Toujours est-il que sa récurrence interpelle notre propre regard. Un tableau fait exception et s’intitule paradoxalement Le masque, 1945. Dans cette œuvre, on reconnaît son chignon et le décor habituel de plusieurs de ses autoportraits. Elle porte la main à son visage pour soutenir le masque et c’est la seule occurrence où, de manière factice, son visage exprime une émotion. Comme dans Ma nourrice la pluie s’apparentait au lait, ici la rosée perle sur des feuilles comme des larmes. Avec ce masque le renversement est complet : la répétition du visage figé de Frida Kahlo est brisée, une forme préfabriquée vient supplanter ses traits. Avec cet ultime retournement, cet oxymore iconographique, Frida Kahlo marque une fois de plus la singularité de sa vision.

20Qu’en est-il à présent de ses mises en scène du pouvoir ?

  • 21 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 7.

21En tant qu’ « espaces de contestation », trois catégories peuvent être distinguées dans ses tableaux. Dans la première, ses revendications concernent des relations de pouvoirs à l’échelle nationale, voire internationale. Par exemple, dans Mes grands-parents, mes parents et moi, 1936, elle « raconte l’histoire de ses origines, elle est la petite fille du jardin de la “Maison bleue” à Coyoacán, l’actuel musée Frida Kahlo, où elle est née et décédée »21. Au-dessus de cet autoportrait souvenir, elle a peint ses parents, tels qu’ils ont posé pour leur photo de mariage. À gauche, Frida Kahlo est également représentée au stade de fœtus, liée à sa mère. Juste en dessous, fécondation et pollinisation se côtoient comme la pluie et le lait, ou les larmes et la rosée. Reléguée dans l’angle inférieur gauche du tableau, cette saynète d’étincelles de vies humaine et végétale conjointes n’en est pas pour autant anecdotique et elle rappelle bien combien la genèse d’une osmose tellurique est fondamentale dans l’art de Frida Kahlo. Tout en haut, symboliquement, les grands-parents maternels de l’artiste sont peints au-dessus du sol mexicain d’où ils sont originaires, au-dessus de plants de nopal emblématiques du Mexique. À droite en revanche, pour signifier l’immigration de ses grands-parents paternels depuis l’Europe, Frida Kahlo fait figurer ceux-ci au-dessus de l’étendue d’eau qu’ils ont traversée. C’est bien le métissage social, culturel et historique qui est mis en scène ici avec, en arrière-plan, les tensions et les luttes de pouvoir que chaque identité ou nationalité tentera d’imposer.

22D’autres enjeux, d’autres relations de pouvoir sans doute plus politiques, sont à l’œuvre dans un des tableaux les plus connus de Frida Kahlo : Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, 1932. Au centre du tableau, hiératique, l’artiste incarne littéralement la frontière du titre. À gauche, elle tient un petit drapeau mexicain dont tout l’arrière-plan se fait l’écho, depuis les végétaux typiques, profondément ancrés dans le sol jusqu’aux divinités pré-hispaniques Quetzalcóatl et Tezcatlipoca, le soleil et la lune, en passant par les vestiges culturels épars. À droite, du côté de la cigarette qu’elle tient à la main, l’univers américain est froid et sans âme. La technique et l’artificiel culminent dans les gratte-ciel aveugles et les usines Ford qui crachent leur fumée en noyant le drapeau des États-Unis. Les dieux ont ici été remplacés par le règne de la production, du profit, et de l’exploitation ; c’est donc le pouvoir capitaliste qui est stigmatisé dans la moitié droite de ce diptyque.

  • 22 Bambi, « Frida Kahlo es una mitad », Excelsior, Méxic...

23Mais les revendications de Frida Kahlo peuvent être également d’ordre personnel. Avec son succès grandissant, elle commence à gagner de l’argent : grâce à son art, elle acquiert peu à peu une autonomie financière. Elle explique en ces termes sa prise de conscience : « De cette manière, je pourrai devenir libre. Je pourrai voyager et faire ce qui me plaît sans devoir demander de l’argent à Diego »22. Séparée de Diego, elle fréquente d’autres hommes et des femmes. Ils divorcent finalement en 1939. Son indépendance est officiellement scellée.

  • 23 Diego Rivera, Gladys March, My art, my life : An auto...

24En dernier lieu, j’évoquerai ses revendications féminines, voire féministes. Les cheveux de Frida Kahlo sont un marqueur symptomatique de ses états d’âme suite au divorce. En 1940, elle peint Autoportrait aux cheveux coupés. Elle s’est débarrassée de ses attributs féminins et en rejette l’image stéréotypée. Jeune fille déjà, elle arborait parfois des costumes d’homme et se complaisait à entretenir une ambiguë androgynie. Ici, la radicalité de la coupe de cheveux, les mèches éparses, sont la réaffirmation de son identité individuelle, non genrée, délestée des codes catégoriels. Mais un an plus tard, Diego et Frida se remarient. Elle peindra alors Autoportrait à la natte, 1941, car elle aura laissé ses cheveux repousser. Dans ce tableau, elle porte une coiffure tressée régionale typique, mais des mèches rebelles s’échappent, signe peut-être d’une cassure irréparable, d’un impossible retour en arrière, où toutes les mèches étaient sagement tressées. Ce remariage n’est en effet pas tout à fait conventionnel, car si Frida Kahlo éprouvait le besoin impérieux de vivre avec Diego, et ce besoin était réciproque, elle avait posé ses conditions : grâce à son travail, elle subviendrait seule à ses besoins, et Diego et elle n’auraient plus aucun contact sexuel23. Ainsi, dans Autoportrait à la natte l’artiste n’a plus besoin ni de robe ni de costume pour définir son identité. Ses cheveux rebelles sont l’indice de son indépendance, son collier, la réaffirmation de son appartenance à la culture pré-hispanique, et sa nudité habillée de feuilles d’acanthe la pure expression de son corps et de son être, une fois encore, intimement liés à la représentation de la nature. Vivant aux côtés de Diego, sans plus dépendre de lui, Frida Kahlo trouve une nouvelle force d’expression autonome, libre et affranchie des chaînes stéréotypées.

25Je conclurai avec une création de 1944 intitulée Portrait double Diego et moi, figuration anthropomorphique originale d’un dieu Janus aux deux visages de face. Cette œuvre a été créée à l’occasion du cinquante-huitième anniversaire de Diego. Elle va me permettre de revenir finalement sur la dualité fondatrice de la question de l’utilité des paradigmes du masculin et du féminin. Coquillages et escargots, symboles ici de la sexualité de Frida et Diego, ornent la composition. Mais cette ornementation reste à distance de la représentation du couple, signifiant ainsi qu’à cette date ils n’ont plus de relations sexuelles : leur fusion n’est qu’artistique. Si par l’artifice de la composition les deux moitiés de visage fusionnent, elles restent cependant distinctes. Plus encore, comme dans Unos cuantos piquetitos, un certain rictus n’effleure-t-il pas les lèvres de Diego ? Tandis qu’impassible, Frida Kahlo regarde droit devant elle. Quel sens donner alors aux racines qui enserrent ce visage bivalent ? Sont-elles là pour forcer la fusion coûte que coûte ? Ne sont-elles pas en train d’étrangler le couple unicéphale bissexué ? Ou symbolisent-elles le carcan définitoire et catégoriel qui unit systématiquement et artificiellement le masculin au féminin, comme si l’un ne pouvait exister sans l’autre, comme si l’une ne pouvait s’affirmer sans l’autre ? Ici l’intersection figurative des deux moitiés de visages nous renvoie nettement à une réalité sociétale sans demi-mesure.

Bibliographie

Bambi, « Frida Kahlo es una mitad », Excelsior, México D.F, 13 juin 1954.

Heinich Nathalie, « La signature comme indicateur d'artification », Sociétés & Représentations, 1/2008, n° 25, p. 97-106. En ligne, disponible sur <www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2008-1-page-97.htm> (consulté en février 2013)

Herrera, Hayden, Frida : A biography of Frida Kahlo, New York : 1983, 528 p.

Kahlo, Frida, Le journal de Frida Kahlo, préfacé par Carlos Fuentes, Paris : éd. du Chêne, 1995, 296 p.

Kettenmann, Andrea, Frida Kahlo 1907-1954 : souffrance et passion, Cologne : éd. Benedikt Taschen, 1992, 96 p. 

Rivera, Diego, March, Gladys, My art, my life : An autobiography, New York : Dover publications, 1960, 224 p. 

Rodríguez, Antonio, « Frida Kahlo heroína del dolor », Hoy, México D.F., 09 février 1952

Rodríguez, Antonio, « Una pintora extraordinaria », Así, México D.F. Hoy, México D.F., 17 mars 1945

Tibol, Raquel, Frida Kahlo, una vida abierta, México D.F : Oasis, 1983, 273 p.

Wolfe Bertram D., « Rise of another Rivera », Vogue, New York, octobre-novembre 1938.

Notes

1 Roman d’Honoré de Balzac publié pour la première fois en 1834.

2 Pour reprendre les termes de l’appel à contribution.

3 Andrea Kettenmann, Frida Kahlo 1907-1954, souffrance et passion, Cologne : éd. Benedikt Taschen, 1992, p. 7.

4 Raquel Tibol, Frida Kahlo, una vida abierta, México D.F : Oasis, 1983, p. 63.

5 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 85.

6 Antonio Rodríguez, « Frida Kahlo heroína del dolor », Hoy, México D.F, 9 février 1952.

7 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 24.

8 Ibid.

9 Op. cit., p. 25.

10 Bertram D. Wolfe, « Rise of another Rivera », Vogue, New York, octobre-novembre 1938, p. 64 et p. 131.

11 Frida Kahlo, Le journal de Frida Kahlo, préfacé par Carlos Fuentes, Paris : éd. du Chêne, 1995, cité par Andrea Kettenmann, op. cit., p. 96.

12 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 51.

13 Hayden Herrera, Frida. A biography of Frida Kahlo, New York : 1983, p. 277.

14 Andrea Kettenmann, op. cit. p. 19.

15 Ibid.

16 Antonio Rodríguez, « Una pintora extraordinaria », Así, México D.F, 17 mars 1945.

17 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 19.

18 Cité par Andrea Kettenmann, op. cit., p. 8.

19 Les lobules mammaires ont, en réalité, exactement cette apparence.

20 Au sens où l’entend Nathalie Heinich, « La signature comme indicateur d’artification », Sociétés & Représentations, 1/2008, n° 25, p. 97-106. En ligne, disponible sur <www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2008-1-page-97.htm> (consulté en mars 2013).

21 Andrea Kettenmann, op. cit., p. 7.

22 Bambi, « Frida Kahlo es una mitad », Excelsior, México D.F, 13 juin 1954, p. 6.

23 Diego Rivera, Gladys March, My art, my life : An autobiography, New York : Diver publications, 1960, p. 242.

Pour citer ce document

Marion Le Corre-Carrasco, «Questions d’histoire, d’y voir et de pouvoir», Líneas [En ligne], Numéros en texte intégral /, Les paradigmes Masculin/Féminin, Partie 2 - Etudes analytiques, mis à jour le : 30/04/2017, URL : https://revues.univ-pau.fr/lineas/1091.

Quelques mots à propos de :  Marion  Le Corre-Carrasco

Marion Le Corre-Carrasco, agrégée d’espagnol, Maître de conférences à l’Université Lumière-Lyon 2, laboratoire PASSAGES xxe-xxie. Auteure d’une thèse de doctorat intitulée Le sacré espagnol aux prises avec la Modernité (1868-1923), étude d’un motif iconographique et littéraire, au carrefour de l’identité nationale et de la création artistique.

 

marion.le-corre-carrasco@univ-lyon2.fr

Université Lumière-Lyon 2 - Maître de conférences