Enchantement et réenchantement des rapports entre humains et non-humains dans le monde hispanophone " href="index.php?page=backend&format=rss&ident= 3676 " />
Aller à la navigation  |  Aller au contenu  |  FR  |  ES

Líneas
Revue interdisciplinaire d'études hispaniques

13 | 2021 Enchantement et réenchantement des rapports entre humains et non-humains dans le monde hispanophone

Marie-Pierre Ramouche

Enchantement et réenchantement des rapports entre humains et non-humains dans le monde hispanophone

Article
Article

Texte intégral

Le désenchantement moderne

  • 1 Pour une histoire sémantique de ce « panchreston », vo...

  • 2 Nous employons ici le terme « Homme » avec une majuscu...

  • 3 René Descartes, Discours de la Méthode, Œuvres et lett...

  • 4 « Les secrets de la nature se révèlent plutôt sous la ...

  • 5 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris: G...

  • 6 Serge Latouche, Comment réenchanter le monde : la décr...

  • 7 Max Weber relie la désacralisation moderne du monde à ...

1Depuis l’époque moderne s’est largement imposée en Occident l’idée que la nature1 est une entité inanimée et dominable dont les secrets encore non déchiffrés ne résisteraient pas aux progrès scientifiques de l’Homme2. René Descartes, en encourageant l’individu à se rendre « maître et possesseur de la nature »3, Francis Bacon, en incitant à en révéler les secrets par la torture4, ont greffé dans l’imaginaire occidental des métaphores lourdes de sens et de conséquences aujourd’hui encore. Comme l’écrit Philipe Descola, après la révolution mécaniste du XVIIe siècle, le monde est désormais représenté comme une machine « dont les rouages peuvent être démontés par les savants et non plus comme une totalité composite d’humains et de non-humains dotée d’une signification intrinsèque par la création divine »5. Les Modernes ont ainsi érigé l’humain en être supérieur, le distinguant du reste du vivant et lui octroyant le droit d’exploiter à sa guise des ressources naturelles jugées inépuisables. Cette barrière entre humains et non-humains, en même temps qu’elle se dressait, enterrait avec elle les divinités et puissances reliées aux éléments naturels. Sous le poids de l’intellectualisation, de la rationalisation, de la foi en la technologie et de la pensée capitaliste, l’humain s’est éloigné, aliéné de la nature. « Par l'hypostase de l'argent, la théologisation de l'économie, et la création des idoles du progrès, de la science, de la technique et du marché »6, nous explique en d'autres termes Serge Latouche, la société occidentale s’est acheminée vers ce que Max Weber a nommé un « désenchantement du monde »7.

Changement ontologique à l’ère de l’Anthropocène

  • 8 D’autres préfèrent parler de « capitalocène », un conc...

  • 9 James Lovelock, The revenge of Gaia, London: Penguin B...

  • 10 Baptiste Morizot, « Nouvelles alliances avec la terre...

2Certes, l’Occident n’est pas unitaire et nombreux furent celles et ceux (romantiques, expressionnistes, transcendantalistes, pratiques populaires diverses et variées, etc.) qui développèrent des conceptions du monde à contre-courant de cette pensée dualiste (dite aussi naturaliste), mais, néanmoins, force est de constater la prégnance de cette vision désenchantée à notre époque et ces retombées directes sur notre environnement. La Terre est entrée dans ce que l’on nomme l’Athropocène, terme popularisé par le prix Nobel de chimie Paul J. Crutzen, qui définit cette nouvelle ère géologique de la planète engendrée par les activités humaines depuis la révolution industrielle8. Ce que prouve l’apparition de ce néologisme c’est que les prévisions des Modernes se sont avérées fausses : non seulement l’humain est loin d’avoir réussi à dompter « la nature » et à en percer les mystères, mais il est hélas parvenu à en dérégler les fragiles équilibres. Ou serait-ce que Gaia, nom donné par James Lovelock à une planète qu’il considère comme un superorganisme vivant, se vengerait de l’hubris humaine (La revanche de Gaia, James Lovelock9) en déployant à son encontre toute sa puissance, de l’infiniment grand (le réchauffement climatique et son lot de tempêtes, inondations, sécheresses, etc.) à l’infiniment petit (on pense bien sûr à la pandémie de covid 19 et les liens établis avec la déforestation qui met en contact l’humain avec de nouvelles espèces susceptibles de transmettre des virus inconnus mais encore à la fonte du permafrost de la toundra et les potentiels agents pathogènes qu’il pourrait relâcher) ? Ces menaces écologiques qui pèsent sur la survie de notre espèce nous remémorent ainsi à quel point nous sommes intimement connectés à et non séparés de tous les éléments de la biosphère. Dans tous les domaines, des sciences exactes aux sciences humaines et aux arts, s’élèvent des voix pour mettre en relief l’importance de ces fins entrelacs qui nous enchevêtrent à nos écosystèmes, et pour nous enjoindre, tel Baptiste Morizot, de sceller de « nouvelles alliances avec la terre » et ses « cohabitants » : « membres de communautés écologiques, indiscernables de ces cohabitants dont l’altérité reste irréductible, nous sommes faits d’abeilles pollinisatrices, de collemboles des sols, de loups et de moutons, nous sommes embarqués avec eux, qu’on le veuille ou non »10.

  • 11 Au lieu de « crise écologique », Bruno Latour estime ...

  • 12 Lucile Desblache, « Les loups et les cultures populai...

3Pour faire face à cette crise ou « mutation »11 écologique majeure, il nous est indispensable de changer d’épistémè, d’abandonner la hiérarchie écocidaire des Modernes entre humains et non-humains, pour aller dans le sens d’une conception plus holistique et biocentrique du monde, dans laquelle est reconnu que « chaque créature est en état d’évolution et de co-constitution avec ceux et celles qui l’entourent »12

Le besoin de nouvelles représentations de notre rapport au vivant

  • 13 « L’affirmation d’une ontologie au sein de laquelle l...

  • 14 Lawrence Buell, cité par Bénédicte Meillon, « Le chan...

  • 15 Ken Hiltner, « General Introduction », in Ken Hiltner...

4Ce changement ontologique requiert, pour pouvoir s’accomplir, de nouvelles images, de nouvelles métaphores, de nouvelles façons de penser notre être au monde, tant il est vrai, pour paraphraser Arturo Escobar et Pierre Hadot, que si l’on peut, sans grand état d’âme, creuser une mine à ciel ouvert pour en extraire de l’or et du carbone, il est beaucoup moins évident d’accepter d’éventrer notre Terre-Mère13. Ainsi que l’écrit Lawrence Buell, l’un des pionniers de l’écocritique, « la crise environnementale implique la crise de l’imagination, dont l’amélioration dépend de notre capacité à inventer de meilleures façons d’imaginer la nature et la relation qu’entretient l’humanité avec elle »14. Les arts et la littérature ont évidemment un rôle clef à jouer en la matière. Tout d’abord car nos représentations du vivant sont culturelles et ont été en grande partie façonnées par les arts et la littérature. A la question, « Why do we care about the environnement ? », Ken Hiltner dans Ecocriticism, the essential reader, répond ainsi : « This attitude is arguably not natural at all, but was constructed, in part, by artists and writers. […] It is provocative and maybe even a little shocking to realize that what we see when we look at a forest or mountain is, to some extent, culturally constructed »15.

  • 16 Scott Slovic, autre pionner de l’écocritique, écrit à...

  • 17 Alexa Weik von Mossner, Affective Ecologies Empathy, ...

  • 18 José Abelda, Chiara, Sgaramella, «Arte, empatía y sos...

  • 19 Bénédicte Meillon, « Le chant de la matière pour dése...

  • 20 Scott Russell Sanders, Secrets of the Universe: Scene...

5Par ailleurs, il est important de prendre en compte que ce changement de paradigme ne se fera pas uniquement par le biais d’un discours logique et rationnel16, mais également et peut-être surtout par l’émotion et l’empathie que peuvent générer les pratiques artistiques. Les études neuropsychologiques, nous disent lbelda et Sgaramella, prouvent que l’identification émotionnelle est beaucoup plus solide que la compréhension rationnelle. Dans la lignée des études cognitives d'Alexa Weik von Mossner17, ils ajoutent que les messages émotionnels génèrent plus d’empathie et plus d’implication que la simple explication théorique18. En effet, « qui prendrait à cœur », s’interroge Bénédicte Meillon, « de protéger et de défendre qui ou quoi que ce soit envers lesquels il ou elle ne ressentirait rien en premier lieu ? »19. Or, comme le souligne Scott Russel Sanders, « the gospel of ecology has become an intellectual commonplace. But it is not yet an emotional one »20. Etudier comment la littérature et les arts peuvent générer ces émotions et sensations, capables de nous reconnecter avec le reste du monde naturel auquel nous appartenons est une des tâches que s’est fixée l’écocritique.

Écocritique et écopoétique

6Apparue dans les années 1990 aux Etats-Unis, cette nouvelle discipline est née de la volonté d’un groupe d’universitaires désireux de préserver la nature et d’en exalter la beauté. En porte-à-faux avec une recherche académique qui se concevait comme coupée du monde réel, ces universitaires voulaient coupler leurs préoccupations écologiques et leur amour pour la littérature. Une des définitions les plus succinctes de l’écocritique est donnée par Cherryl Glotfelty dans The Ecocriticism Reader (1996) :

Dit simplement, l’écocritique est l’étude du rapport entre la littérature et l’environnement naturel. Tout comme la critique féministe examine le langage et la littérature d’une perspective consciente du genre, tout comme la critique marxiste apporte une conscience des rapports de classe et des modes de production à sa lecture des textes, l’écocritique amène une approche centrée sur la Terre aux études littéraires.21

7Dans leur introduction au volume Ecocríticas, literatura y medio ambiente, Carmen Flys Junquera, José Manuel Marrero Henríquez et Julia Barella Vigal précisent :

En este campo, forzosamente interdisciplinar, centenares de críticos trabajan hoy fieles a la premisa ecolológica de que todo está interconectado y confiados en la certeza de que es imposible, según afirma Nial Binns, desvincular la calidad estética de una obra de su contexto socioeconómico y político, pero también del ecológico. A través de los estudios literarios, la ecocrítica pretende acercarnos a la tierra y enseñarnos como mejorar nuestra relación con el medio ambiente.22

  • 23 Ibid., p.18.

  • 24 Je renvoie pour plus de détails à la thèse de David B...

8Même si autant Glotfelty que les critiques espagnol.e.s ne font ici référence qu’à la littérature, qui constitue il est vrai l’origine et encore aujourd’hui son champ d’étude central, l’écocritique s’intéresse également aux autres formes artistiques que sont la peinture, le cinéma, la danse, etc. Rajoutons, qui plus est, que l’écocritique privilégie les dialogues interdisciplinaires avec les géographes, philosophes, anthropologues, biologistes, etc. dans la mesure où l’étude des relations de l’humain au vivant se trouve à la confluence de ces différentes approches. Comme l’écrivent Carmen Flys Junquera et ses collègues: «Simon Estok afirma que otra característica definitoria de la ecocrítica es precisamente su insistencia en establecer las conexiones, buscar las interrelaciones entre seres, especies, teorías, disciplinas y lecturas; es en este sentido, básicamente ecológica»23. Est-ce qu’une analyse écocritique ne s’intéresse qu’aux œuvres ayant explicitement une visée écologiste ? La réponse est non. Si bien évidemment ces œuvres sont particulièrement prisées par les écocriticien.n.es car elles sont le miroir de leur engagement, il leur importe aussi et plus largement d’examiner les représentations des éléments naturels dans l’art et la littérature, et voir comment s’y est construite (même avant que n’apparaisse la notion actuelle d’écologie) et continue de se construire et de s’y refléter notre manière de vivre dans et avec notre écosystème. Il faudrait ici ajouter quelques lignes pour faire le distinguo entre deux termes qui représentent deux facettes complémentaires d’une même approche : l’écocritique d’un côté, qui relève plus des cultural studies anglo-saxonnes, et de l’autre l’écopoétique, qui privilégie une exploration plus détaillée de l’œuvre24.

  • 25 Carmen Flys Junquera, José Manuel Marrero Henríquez, ...

9Que ce soit dans une démarche d’écocritique ou d’écopoétique, depuis la fin du siècle dernier, ce mouvement culturel et littéraire gagne de plus en plus de terrain au niveau international. L’association ASLE (Assiociation for the study of Literature and Environnement) et ses affiliations dans plus de 30 pays25, différentes revues spécialisées (ISLE, Green letters, Ecozon@, etc.) ainsi que la création de multiples groupes et séminaires de recherches sur le sujet attestent de son dynamisme. C’est précisément dans le sillon des activités de l’atelier d’écocritique, écopoétique et écoanthropologie Oïkos de l’Université de Perpignan Via Domitia que la revue Líneas propose de consacrer ce numéro à la question du (ré)enchantement des rapports entre humains et non-humains dans le domaine hispanophone.

Enchanter et réenchanter les rapports entre humains et non-humains

  • 26 Voir la bibliographie pour plus de références sur les...

  • 27 Bénédicte Meillon, Margot Lauwers, « Lieux d’enchante...

10Dans l’introduction au volume Lieux d’enchantement : approches écocritiques et écopoétiques des liens entre humains et non-humains, fruit de différents travaux et manifestations menés au sein de l’atelier perpignanais26, Bénédicte Meillon et Margot Lauwers misent sur le rôle de la critique littéraire et des approches transdisciplinaires pour « contribuer à faire émerger de nouveaux rapports entre les humains et les non-humains de sorte à dessiner de nouvelles interprétations du monde (…) »27. Face au désenchantement que nous évoquions plus haut, elles croient au pouvoir des affects véhiculés par la littérature et les arts pour (ré)enchanter notre rapport au monde. « Ce faisant, nuancent-elles, nous ne prétendons pas que le monde lui-même n’ait jamais perdu sa capacité à nous inciter à l’émerveillement ou à nous inviter à chérir les liens inextricables qui donnent forme au vivant ». Et les autrices d’ajouter :

Plutôt, nous remettons en cause et travaillons à l’encontre d’une attitude désenchantée autant que désincarnée, qui tend à produire un état de fermeture au monde autre qu’humain, considéré comme insignifiant et secondaire, quand bien même celui-ci demeure substantiel à l’humain, le nourrit, le constitue et co-devient avec lui. Comme le souligne la spécialiste étasunienne de sciences politiques Jane Bennett, dans son étude sur l’enchantement de la vie moderne, la vision d’un monde désenchanté tend à ignorer et même à entraver notre attachement affectif au monde. Or, comme le démontre encore Bennett, le monde contemporain, qu’il soit humain ou non, naturel ou artificiel, offre toujours de précieuses sources d’enchantement ; surtout, éprouver des moments de ravissement reste essentiel pour donner du sens et une ligne de conduite éthique à notre être-au-monde.28

  • 29 Belinda Cannone, S'émerveiller, Paris : Stock, 2017, ...

  • 30 « Wonder doesn’t come from outside after driving some...

  • 31 Arturo Escobar, op.cit.p.10.

  • 32 Serge Latouche, « Le veau d'or est vainqueur de Dieu ...

11A leur instar, nous sommes convaincues que, comme l’écrit Belinda Cannone, « seule une perception pauvre est une perception désenchantée »29ou que l’émerveillement, tel que l’affirme Nathanael Jonhson, naît de « l’union entre le monde naturel et l’esprit prêt à le recevoir »30. La littérature, les arts et leurs pratiques sont à même d’affûter nos sens et nos pensées, nos « sentipensées »31, pour (ré)enchanter notre regard sur le monde qui nous entoure, et ainsi nous donner la possibilité et le plaisir de célébrer les beautés, richesses et mystères de nos inextricables liens avec le non-humain. Ainsi que le conclut Serge Latouche, « […] les poètes, les peintres et les esthètes de tout poil, bref, tous les spécialistes de l’inutile, du gratuit, du rêve, des parts sacrifiées de nous-mêmes devraient suffire à cette tâche […]»32

  • 33 David Barreiro Jiménez, op.cit., p.155-158 ; Gisela H...

  • 34 José Manuel Marrero Henríquez, «Animalismo y ecología...

  • 35 Voir site internet de Ciencia Fricción, vida entre es...

12Les articles réunis dans ce treizième numéro de la revue Líneas viennent donc prolonger et compléter cette réflexion en l’ancrant dans le domaine hispanophone qui offre d’abondants et précieux exemples de questionnements sur les rhizomes qui enlacent l’humain à son milieu naturel. Le continent américain et le substrat millénaire des ontologies animistes et totémistes des peuples autochtones constituent bien évidemment un terreau des plus riches pour repenser la dichotomie occidentale entre humain et non-humain. Ces racines nourrissent encore aujourd’hui, pour ne citer que celles-ci, les théories des intellectuel.l.e.s, philosophes et anthropologues du courant décolonial (Aníbal Quijano, Walter Mignolo, Enrique Dussel, Catherine Walsh, Edgardo Lander, Arturo Escobar). De même, elles n’ont cessé d’irriguer la littérature et les arts de ce continent. Comment ne pas penser, bien sûr, au réel merveilleux ou au réalisme magique, mais également à l’omniprésence et l’exubérance de la faune et de la flore chez Frida Kahlo, ou encore plus récemment, sur le terrain cinématographique, à des œuvres telles que El abrazo de la serpiente, de Ciro Guerra ? Et nous ne mentionnons ici que quelques références parmi les plus connues et les plus évidentes. L’Amérique latine est donc un terrain propice aux études écocritiques et nous renvoyons aux travaux de Gisela Heffes et de David Barreiro Jiménez pour avoir un état des lieux actualisé de la question33. En comparaison, certes, l’Espagne est un terrain moins travaillé par le prisme de l’écocritique. Nonobstant, le dynamisme du GIECO (Grupo de Investigación en ECOcrítica) de l’Université d’Alcalá et de sa revue Ecozon@, conjointement créée avec l’EASCLE (European Association for the Study of Literature, Culture and Environment), témoignent de l’implantation de l’écocritique en péninsule ibérique. Il suffit, comme le fait l’un des membres du GIECO, José Manuel Marrero Henríquez de jeter un regard rétrospectif sur la littérature espagnole pour se rendre compte de l’importance qu’a jouée la perception du territoire dans la génération de 98 et dans l’œuvre de Miguel Delibes ou encore de l’attention avec laquelle le père Feijóo, Rafael Sánchez Ferlosio, Juan Ramón Jiménez, etc., ont observé certaines espèces animales34. Aujourd’hui, confrontée elle aussi à la disparition de sa biodiversité et gravement touchée par les catastrophes liées au changement climatique (hausse record des températures, sécheresses, tempêtes qui détruisent son littoral), l’Espagne voit affleurer une multitude d’initiatives artistiques qui reflètent une aspiration à un autre rapport au vivant : la récente exposition Ciencia Fricción, vida entre especies compañeras35 du CCCB (Centro de Cultura Contemporánea de Barcelona) est un exemple clair de cette prise de conscience générale, mais l’on pourrait également citer Soltice (2017), le dernier ballet de la chorégraphe andalouse Blanca Li, l’album Insecta dance music (2021) du groupe majorquin Jansky, les graffs de l’artiste valencienne Julieta XLF, El Olivo (2016) de la réalisatrice madrilène Icíar Bollaín, le roman Canto jo i la muntanya balla (2019), de la catalane Solà Irene, suivi d’un long etcetera. Autant d’œuvres qui rendent compte de l’intérêt actuel et croissant de la société espagnole pour les questions relatives à son environnement.

13Les différentes contributions de ce treizième numéro apportent donc une pierre supplémentaire à cette étude des relations entre l’humain et le non-humain dans le monde hispanophone en prenant comme prisme la thématique du (ré)enchantement.

14La majorité des contributions qui constituent ce numéro se rapporte à l'élément végétal et plus particulièrement l'écosystème de la forêt. La forêt amazonienne en premier lieu, icône si l'en est des questions actuelles sur le changement climatique et la perte de la biodiversité. Fabrice Parisot s'attaque ainsi à un grand classique de la littérature hispano-américaine sur l'Amazonie, Los pasos perdidos d'Alejo Carpentier. A la lumière des dernières lectures écocritiques publiées sur cet ouvrage, l'auteur suit le parcours initiatique du protagoniste du roman qui, grâce à sa rencontre avec les peuples autochtones, la faune et la flore de la jungle amazonienne, fait l'expérience radicale d'un réenchantement vital et spirituel. La Selva, est également au centre des articles de Vivian Camargo Cortés et de Lucile Magnin qui en abordent les représentations picturales. C'est à la série Frontera verde de Ciro Guerra que Vivian Camargo Cortés consacre son article. L'autrice se penche sur la manière dont, sur fond de thriller écologico-fantastique, Ciro Guerra met en valeur les cosmogonies animistes des peuples amazoniens au travers de certain.e.s de leur membres, personnages hybrides et magiques, chargé.e.s de protéger la Selva des différentes formes de déprédation venant du monde occidental. Au travers d'une vision postcoloniale, écocentrique et écoféministe, le cinéaste colombien parvient, comme le démontre Camargo Cortés, à réenchanter les relations entre humain et non-humain en mettant l'accent sur leur fondamentale codépendance. L'article de Lucile Magnin nous fait reculer jusqu'au XIXe, à l'époque où les peintres voyageurs européens sillonnaient le continent américain pinceaux à la main. C'est par le prisme de l'émerveillement que Magnin étudie l'œuvre de certains de ces artistes. Comment, s'interroge-t-elle, la découverte des Andes, de la vallée de l'Anáhuac, et en particulier de la forêt amazonienne, les ont conduit à modifier non seulement leur manière de peindre mais également le regard que les Américains eux-mêmes jetaient sur leur environnement ? Matías Borg Oviedo nous emmène, avec le roman El leñador de Mike Wilson, à l'autre extrême du continent pour suivre un ex-boxeur et vétéran de guerre qui laisse son Chili natal pour se perdre aux confins des forêts canadiennes du Yukon. Oviedo étudie en parallèle les scènes de lectures particulières du protagoniste (déontrologie, almanachs agricoles, déchiffrement des signes de son environnement), et la structure même du roman qui oscille entre base de données et narration. De cette manière, Oviedo démontre que Wilson élabore une forme d'écriture qui coïncide avec une manière d'être au monde, celle d'un homme qui recouvre le sens de l'existence en se fondant dans le paysage sauvage du Yukon. « Cruzando el charco », l'article de Christelle Colin nous plonge dans le fragile équilibre de l'écosystème des forêts galiciennes avec le film O que arde d'Oliver Laxe. Entre fiction intime et documentaire ethnographique, ce film nous parle des incendies qui détruisent tous les ans cette région d'Espagne, mais par le biais d'une esthétique contemplative de laquelle émane une fable écologique sur les entrelacs qui unissent le monde rural galicien et ses habitants. Pour clore cette partie sur le végétal, Mabel Alicia Campagnoli s'intéresse à une essence en particulier, celle du laurier, étroitement liée à l'imaginaire identitaire argentin. Campagnoli expose les problèmes posés par la coexistence des lauriers autochtones et méditerranéens de la biosphère de Punta Indio en Argentine. Elle étudie ainsi les oppositions entre les discours produits sur cet arbuste et ses valeurs symboliques, par les différents acteurs participant à la demande de labellisation du site par l'UNESCO. Dans ces pratiques discursives conflictuelles, l'autrice met en relief la prégnance d'une vision biocoloniale, anthropo-eurocentrée qu'elle qualifie de désenchantée et nous enjoint d'écouter un autre récit qui, au lieu de parler « à la place de », parlerait « avec le non-humain » dans une perspective multinaturaliste. Ce serait là s'acheminer vers un « Buen Vivir » et un réenchantement de notre rapport à la « nature ».

15L'élément aquatique, l'écosystème du littoral plus précisément, est également présent dans ce numéro grâce aux articles de David García Ponce et de Charlie Damour. David García Ponce nous propose d'explorer comment le nouveau roman espagnol traite la question environnementale en prenant comme exemple El calentamiento global (2019) de Daniel Ruiz García. En apportant une lecture écocritique de cet ouvrage, García Ponce montre de quelle façon le romancier espagnol y dénonce les ravages des activités industrielles sur un parc naturel du littoral méditerranéen en faisant usage d'un style qui marie réalisme documentaire, ironie et tonalité lyrique, dans des passages où certains personnages savent encore apprécier et vivre la richesse et la beauté de ce territoire. Charlie Damour s'interroge, quant à lui, sur les différentes visions des rapports humains/non-humains qui apparaissent à quelques années d'intervalles entre « El mar del tiempo perdido » et Cien años de soledad de Gabriel García Márquez. D'une rencontre empreinte de magie avec l'univers sous-marin dans la nouvelle, on passe à la transgression des lois naturelles et l'éradication du village édénique de Macondo dans le roman, une évolution teintée de pessimisme quant à l'évolution des relations entre les êtres humains et leur environnement qui reflète les préoccupations écologiques du romancier colombien, profondément opposé à l'exploitation de type capitaliste qui menaçait déjà l'écosystème de son pays.

16Enfin c'est l'ensemble du vivant, et même le cosmos qui sont concernés dans les deux derniers articles de ce numéro. Juliette Richaud apporte une lecture écocritique du roman de science-fiction Temblor de l'espagnole Rosa Montero, dans le lequel le personnage d'Agua Fría assume peu à peu la responsabilité de sauver le monde dans lequel elle vit des ravages occasionnés par la Loi du Cristal. Ainsi la tonalité dystopique d'un univers désenchanté cède place à un réenchantement des relations entre les humains et leur environnement. Enfin, la science-fiction côtoie le réel dans l'article de Susana Jiménez Carmona. L'autrice nous fait entrer dans l'ambiance presque merveilleuse des jam session organisées par l'artiste argentin Tomás Saraceno dans le cadre de son exposition On Air (Palais de Tokyo, 2018), au cours desquelles, les araignées et leurs toiles, ainsi que les multiples collaborateurs humains et non-humains, vivants ou non vivants, organiques ou technologiques, terrestres et cosmiques, étaient invités à tisser un réseau de vibrations visant à faire ressortir d'autres possibilités d'être au monde. Guidée par les travaux d'Uexküll, Haraway, Deleuze, Guattari et d'autres, l'autrice s'interroge par là même sur la faculté de l'art à faire surgir de nouveaux enchevêtrements interespèces.

17Nous espérons que les articles réunis dans ce numéro, grâce à la variété des thèmes et des genres convoqués, nous permettront de faire partager aux lecteurs et lectrices de la revue Líneas notre profonde aspiration à un changement radical de la manière de concevoir les rapports entre humains et non-humains dans le monde occidental. En jouant sur les mots, j'aime à rêver ces lectures les enchanteront et réenchanteront…

Bibliographie

Abelda, José, Sgaramella, Chiara, «Arte, empatía y sostenibilidad. Capacidad empática y conciencia ambiental en las prácticas contemporáneas de arte ecológico», in: José María Parreño, Artistic ways of understanding and interacting with Nature, Ecozon@, nº6, dernière mise à jour : 28 octobre 2015, p.14, disponible sur : <https://ecozona.eu/article/view/662> (consulté le 7 juillet 2021).

Barreiro Jiménez, David, La construction d’un imaginaire environnemental dans trois romans hispano-américains : La Vorágine (1924), Los pasos perdidos (1953) et La casa verde (1965): une étude écopoétique, Thèse de Doctorat, sous la direction de Mme la Pr Françoise Aubes, Paris Nanterre, 2019, disponible sur : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02881563 (consulté le 7 juillet 2021).

Blanc, Nathalie, Chartier, Denis, Pughe, Thomas, « Littérature & écologie : vers une écopoétique », Ecologie et politique, février 2008, nº36, p.15-28, dernière mise à jour : le 1er septembre 2011, disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-poli-tique1-2008-2-page-15.htm> (Consulté le 5 juillet 2021).

Cannone, Belinda, S'émerveiller, Paris: Stock, 2017, 188 p. ISBN : 978-2-234-08036-2.

Desblache, Lucile, « Les loups et les cultures populaires contemporaines. Perceptios du sauvage au XXIe siècle », Revue Semestrielle de Droit Animalier, janvier 2014, p. 343-364.

Descola, Philippe, Par-delà nature et culture, Paris: Gallimard, 2005, 623 p. ISBN : 978-2-07-077263-6.

Ducarme, Fédéric, Couvet, Denis, « What does "nature" mean ? », Palgrave Commun, dernière mise à jour : 31 janvier 2020, disponible sur : <https://doi.org/10.1057/s41599-020-0390-y> (Consulté le 5 juillet 2021).

Escobar, Arturo, Sentir-penser avec la Terre : une écologie au-delà de l'Occident, Paris : Le Seuil (version numérique), 2018, 526p. ISBN : 978-2-02-138986-9.

Flys Junquera, Carmen, Marrero Henríquez, José Manuel, Barella Vigal, Julia, Ecocríticas: literatura y mediomabiente, Madrid: Iberoamericana, 2010, p.16, 422 p. ISBN:

978-84-8489-502-2.

Hadot, Pierre, Le voile d'Isis. Essai sur l'histoire d'idée de Nature, Paris : Gallimard, 2004, 394 p. ISBN : 2-07-073088-3.

Heffes, Gisela, Políticas de la destrucción/Poéticas de la preservación: Apuntes para una lectura (eco)crítica del medio ambiente en América Latina, Rosario: Beatriz Viterbo Editora, 2013, 364 p. ISBN: 9508452978.

Hiltner, Ken, (dir.), Ecocriticism, The Essential Reader, NewYork: Routledge, 2015, 382 p. ISBN: 978-0-415-50859-9.

Johnson, Nathanael, Unseen City: The Majesty of Pigeons, the Discreet Charm of Snails & Other Wonders of the Urban Wilderness, New York: Rodale, 2016.

Latouche, Serge, Comment réenchanter le monde : la décroissance et le sacré, Paris : Payot & Rivages, 2019, 136p. ISBN : 978-2-7436-4646-2.

Latouche, Serge, « Le veau d'or est vainqueur de Dieu », Revue du Mauss, nº27, janvier 2006, p. 307-321, dernière mise à jour : 6 juin 2006, disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-1-page-307.htm> (consulté le 19 juillet 2021).

Latour, Bruno, Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris : La découverte, 2015, 398 p. ISBN : 978-2-35925-108-1

Legault, Frédéric, « Anthropocène ou Capitalocène? Quelques pistes de réflexion », L'esprit libre, dernière mise à jour : 12 juin 2016, disponible sur : <https://revuelespritlibre.org/anthropocene-ou-capitalocene-quelques-pistes-de-reflexion (consulté le 9 juillet 2021).

Lovelock, James, The revenge of Gaia, London: Penguin Books, 2007, 221 p. ISBN 978-0-141-02597-1.

Marrero Henríquez, José Manuel, «Animalismo y ecología: sobre perros parlantes y otras formas literarias de representación animal», Castilla. Estudios de Literatura, nº8, 2017, disponible sur : <https://doi.org/10.24197/cel.8.2017.258-307> (consulté le 7 juillet 2021).

Meillon, Bénédicte, Bouvet, Rachel, Ramouche, Marie-Pierre, Réenchanter le sauvage urbain : Explorations écopoétiques et géopoétiques de nos façons de percevoir, penser et vivre avec la nature en ville. Textes et Contextes, nº16.1. (Publication pour juin 2021)

Meillon, Bénédicte, Dwellings of Enchantment: Writing and Reenchanting the Earth. Lexington Books: Ecocritical Theory and Practice, 2020, 376 p. ISBN: 978-1-79363-159-6.

Meillon, Bénédicte, Lauwers, Margot, « Lieux d’enchantement : Approches écocritiques et écopoét(h)iques des liens entre humains et non-humains », Crossways Journal, nº2.1, 2018. Disponible sur :

<https://crossways.lib.uoguelph.ca/index.php/crossways/article/view/4686/4659> (consulté le 7 juillet 2021).

Meillon, Bénédicte, « Le chant de la matière pour désensorceler les modernes : vers une écopoétique du réenchantement à travers quelques romans des Appalaches », Transtext(e)s Transcultures, dernière mise à jour : 1er décembre 2018, nº13, disponible sur : <http://journals.openedition.org/transtexts/1202> (Consulté le 5 juillet 2021).

Morizot, Baptiste, « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant », Tracés. Revue de Sciences humaines, dernière mise à jour : 19 septembre 2017, nº33, disponible sur : <http://journals.openedition.org/traces/7001> (Consulté le 5 juillet 2021).

Rode, Sylvain, Schmutz, Héléne, Meillon, Bénédicte, Réinventer le sauvage urbain à travers les Humanités Environnementales. Textes et Contextes, nº16.2 (Publication pour novembre 2021)

Russell Sanders, Scott, Secrets ofthe Universe: Scenes from the Journey Home, Boston : Beacon Press, 1991, 255 p. ISBN 0-8070-6330-4.

Weber, Max, Le savant et le politique, Paris : Plon, 1986, 221 p. ISBN : 2-264-03159-X.

Weik von Mossner, Alexa, Affective Ecologies Empathy, Emotion and Environmental Narrative, Columbus: The Ohio State University Press, 2017, 269 p. ISBN: 978-0-8142-1336-0.

Notes

1 Pour une histoire sémantique de ce « panchreston », voir Fédéric Ducarme, Denis Couvet, « What does "nature" mean ? », Palgrave Commun, dernière mise à jour : 31 janvier 2020, disponible sur : <https://doi.org/10.1057/s41599-020-0390-y> (Consulté le 5 juillet 2021).

2 Nous employons ici le terme « Homme » avec une majuscule, en référence à la vision anthropocentrique et phallocrate qui a dominé pendant longtemps la pensée occidentale des rapports hommes/femmes et humains/non-humains. Nous lui préfèrerons de manière générale le syntagme « humain » pour favoriser un vocabulaire plus inclusif.

3 René Descartes, Discours de la Méthode, Œuvres et lettres, Paris: Gallimard, La Pléiade, 1953 (1637), p. 168.

4 « Les secrets de la nature se révèlent plutôt sous la torture des expériences que lorsqu'ils suivent leur cours naturel », Francis Bacon cité par Pierre Hadot, Le voile d'Isis. Essai sur l'histoire d'idée de Nature, Paris: Gallimard, 2004, p.107.

5 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris: Gallimard, 2005, p.97.

6 Serge Latouche, Comment réenchanter le monde : la décroissance et le sacré, Paris : Payot & Rivages, 2019, p.8.

7 Max Weber relie la désacralisation moderne du monde à la montée de l’éthique protestante et à l’essor du capitalisme. Il explique comment la croyance en une toute puissance des humains et de leurs outils technologiques les a éloignés de la nature. Dans Le savant et le politique, il écrit : « l'intellectualisation et la rationalisation croissantes ne signifient donc nullement une connaissance générale croissante des conditions de vie dans lesquelles nous vivons. Elles signifient bien plutôt que nous savons ou que nous croyons qu'à chaque instant nous pourrions, pourvu seulement que nous le voulions, nous prouver qu'il n'existe en principe aucune puissance mystérieuse et imprévisible qui interfère dans le cours de la vie; bref que nous pouvons maîtriser toute chose par la prévision. Mais cela revient à désenchanter le monde. Il ne s'agit plus pour nous, comme pour le sauvage qui croit à l'existence de ces puissances, de faire appel à des moyens magiques en vue de maîtriser les esprits ou de les implorer mais de recourir à la technique et la prévision ». Max Weber, Le savant et le politique, Paris: Plon, 1986, p.69-70.

8 D’autres préfèrent parler de « capitalocène », un concept « qui prend comme point de départ l'idée que le capitalisme est le principal responsable des déséquilibres environnementaux actuels », Frédéric Legault, « Anthropocène ou Capitalocène? Quelques pistes de réflexion », L'esprit libre, dernière mise à jour : 12 juin 2016, disponible sur : <https://revuelespritlibre.org/anthropocene-ou-capitalocene-quelques-pistes-de-reflexion> (consulté le 9 juillet 2021).

9 James Lovelock, The revenge of Gaia, London: Penguin Books, 2007.

10 Baptiste Morizot, « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant », Tracés. Revue de Sciences humaines, nº33, dernière mise à jour : 19 septembre 2017, disponible sur : http://journals.openedition.org/traces/7001(Consulté le 5 juillet 2021).

11 Au lieu de « crise écologique », Bruno Latour estime « [qu']il faudrait nommer une profonde mutation de notre rapport au monde », Bruno Latour, Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris : La découverte, 2015, p.16.

12 Lucile Desblache, « Les loups et les cultures populaires contemporaines. Perceptions du sauvage au XXIe siècle », Revue Semestrielle de Droit Animalier, janvier 2014, p. 343-364.

13 « L’affirmation d’une ontologie au sein de laquelle la montagne est un être isolé et inerte, un objet sans vie, conduira à son éventuelle destruction comme c’est le cas de l’extraction minière d’or ou de carbone à ciel ouvert. En revanche, si la montagne est considérée comme un être sentant, le traitement qu’on lui réserve sera complètement différent. » Arturo Escobar, Sentir-penser avec la Terre : une écologie au-delà de l'Occident, Paris : Le seuil, 2018, p.164.

14 Lawrence Buell, cité par Bénédicte Meillon, « Le chant de la matière pour désensorceler les modernes : vers une écopoétique du réenchantement à travers quelques romans des Appalaches », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化, nº13, dernière mise à jour : 1er décembre 2018, disponible sur : <http://journals.openedition.org/transtexts/1202. > (Consulté le 5 juillet 2021).

15 Ken Hiltner, « General Introduction », in Ken Hiltner (dir.), Ecocriticism, The Essential Reader, NewYork: Routledge, 2015, p. XIV-XV.

16 Scott Slovic, autre pionner de l’écocritique, écrit à ce propos que la masse des informations chiffrées sur la détérioration de notre environnement plonge un certain nombre d’entre nous dans une sorte « d’engourdissement psychique » qui les paralyse, et les empêche d’agir quand ils ne se réfugient pas dans un déni complet de notre responsabilité en tant qu’espèce. Voir Bénédicte Meillon, « Le chant de la matière pour désensorceler les modernes… », op.cit.

17 Alexa Weik von Mossner, Affective Ecologies Empathy, Emotion and Environmental Narrative, Columbus : The Ohio State University Press, 2017.

18 José Abelda, Chiara, Sgaramella, «Arte, empatía y sostenibilidad. Capacidad empática y conciencia ambiental en las prácticas contemporáneas de arte ecológico», in: José María Parreño, Artistic ways of understanding and interacting with Nature, Ecozon@, nº6, dernière mise à jour : 28 octobre 2015, p.14, disponible sur : <https://ecozona.eu/article/view/662> (consulté le 7 juillet 2021).

19 Bénédicte Meillon, « Le chant de la matière pour désensorceler les modernes… », op.cit.

20 Scott Russell Sanders, Secrets of the Universe: Scenes from the Journey Home, Boston: Beacon Press, 1991, p. 226. Je remercie Catherine Tran de m'avoir fait découvrir cette citation par le biais de son mémoire du master Erasmus Mundus Crossways in cultural narratives, « Agrotoxins in Argentina, and How Art May Help to Cultivate Ecological Reponse-ability ».

21 Glotfelty, citée par Nathalie Blanc et al., « Littérature & écologie : vers une écopoétique », Ecologie et politique, février 2008, nº36, p.15-28, dernière mise à jour : le 1er septembre 2011, disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-poli-tique1-2008-2-page-15.htm> (Consulté le 5 juillet 2021).

22 Carmen Flys Junquera, José Manuel Marrero Henríquez, Julia Barella Vigal, Ecocríticas: literatura y mediomabiente, Madrid: Iberoamericana, 2010, p.16.

23 Ibid., p.18.

24 Je renvoie pour plus de détails à la thèse de David Barreiro Jiménez, op.cit. p. 155.

25 Carmen Flys Junquera, José Manuel Marrero Henríquez, Julia Barella Vigal, op.cit., p.15

26 Voir la bibliographie pour plus de références sur les travaux perpignanais.

27 Bénédicte Meillon, Margot Lauwers, « Lieux d’enchantement : Approches écocritiques et écopoét(h)iques des liens entre humains et non-humains», Crossways Journal, nº2.1, 2018, p.2. Disponible sur :

28 Plus précisément, la problématique du réenchantement du monde des deux autrices comprend « autant la signification de "enchanter" au sens de "charmer, séduire, ravir", de "procurer un vif plaisir", un émerveillement, ou encore d’"ensorceler" (qui peut désigner ici le pouvoir de la littérature et de l’art en général à fasciner et à exercer une emprise sur le regard, la perception ou la conscience du monde), que celle liée à l’étymologie latine du verbe, incantare, comme une invitation pour la littérature à s’écrire à même le chant du monde, à entonner une mélodie qu’elle coécrirait, non pas sur lui, mais avec lui ». Bénédicte Meillon, Margot Lauwers, op.cit., p.4.

29 Belinda Cannone, S'émerveiller, Paris : Stock, 2017, p. 176.

30 « Wonder doesn’t come from outside after driving somewhere spectacular, it comes from within : it’s the union of the natural world and the mind prepared to receive it ». Nathanael Johnson, Unseen City: The Majesty of Pigeons, the Discreet Charm of Snails & Other Wonders of the Urban Wilderness, New York : Rodale, 2016, p. 201.

31 Arturo Escobar, op.cit.p.10.

32 Serge Latouche, « Le veau d'or est vainqueur de Dieu », Revue du Mauss, nº27, janvier 2006, p. 307-321, disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-1-page-307.htm> (consulté le 19 juillet 2021).

33 David Barreiro Jiménez, op.cit., p.155-158 ; Gisela Heffes, Políticas de la destrucción/Poéticas de la preservación: Apuntes para una lectura (eco)crítica del medio ambiente en América Latina, Rosario : Beatriz Viterbo Editora, 2013. (En particulier le chapitre 3, «Ecocrítica y Latinoamérica»).

34 José Manuel Marrero Henríquez, «Animalismo y ecología: sobre perros parlantes y otras formas literarias de representación animal», Castilla. Estudios de Literatura, nº8, 2017, disponible sur : < https://doi.org/10.24197/cel.8.2017.258-307> (consulté le 7 juillet 2021).

35 Voir site internet de Ciencia Fricción, vida entre especies compañeras, disponible sur : <https://www.cccb.org/es/exposiciones/ficha/ciencia-friccion/234907> (consulté le 9 juillet 2021).

Pour citer ce document

Marie-Pierre Ramouche, «Enchantement et réenchantement des rapports entre humains et non-humains dans le monde hispanophone», Líneas [En ligne], Numéros en texte intégral /, Enchantement et réenchantement des rapports entre humains et non-humains dans le monde hispanophone, mis à jour le : 22/07/2021, URL : https://revues.univ-pau.fr/lineas/3676.